Vermifuger son chien est capital car de nombreux parasites internes, plus connus sous le nom de vers, sont susceptibles de venir infester son organisme.

Si la majorité de ces vers sont intestinaux, c’est-à-dire qu’ils viennent se loger dans le système digestif du chien, certaines espèces peuvent établir résidence dans d’autres organes comme le cœur et les poumons…

 

Pourquoi est-il important de vermifuger ?

Les vers du chien et du chiot sont à peu de chose près les mêmes ; ils vivent en prélevant des nutriments directement dans leur intestin (ver ténia), en suçant le sang de la muqueuse intestinale (ankylostomes) ou encore, se nourrissent du plasma sanguin de l’animal dans le cœur ou les muscles. Les larves de certaines espèces sont même capables de migrer un peu partout dans le corps de leur hôte.

Malheureusement, les symptômes liés à l’infestation par les vers sont peu visibles, il s’agit de troubles assez fréquents pouvant se manifester dans de nombreuses maladies du chien : diarrhée, vomissement, toux, peau et pelage terne, perte de poids et d’appétit, anémie… C’est pourquoi il est primordial de vermifuger son chien ou chiot régulièrement de manière préventive, d’autant que la plupart de ces parasites sont susceptibles d’être transmis à l’homme et surtout aux enfants s’ils jouent par terre ou avec l’animal.

Quand et comment vermifuger le chiot ?

Le vermifuge du chiot peut et doit être effectué dès les premiers mois, en effet, les vers intestinaux sont communs chez le chiot car ils sont transmis par le placenta puis par le lait de la mère si celle-ci est (était) infestée. Ensuite, au moment du sevrage, le chiot va traverser une période plus fragile où il risque d’attraper des vers et des maladies en attendant que ses anticorps se fabriquent, puisqu’il ne puise plus ceux de la chienne à travers le lait.

Une infestation de parasites chez le chiot peut avoir de sérieuses conséquences, comme la transmission de maladies portées par les vers, des carences, des troubles de la coagulation ou une baisse d’immunité, fragilisant le chiot pour toute sa vie.

Lors de la première consultation vétérinaire, le premier vermifuge devra être administré, puis renouvelé par lui ou par vous deux semaines plus tard. En règle générale, le vermifuge du chiot se donne au rythme de deux fois par mois, jusqu’aux 2 mois du chiot, puis mensuellement jusqu’à ses 6 mois. Après cet âge, on peut passer au rythme du vermifuge adulte, toujours sur les conseils de votre véto qui vous recommandera un traitement vermifuge préventif actif contre plusieurs types de parasites.

Quand et comment vermifuger le chien adulte ?

La fréquence d’administration du vermifuge pour chien adulte est tous les 3 à 6 mois, le minimum recommandé étant deux fois par an. Cela va dépendre des habitudes de vie et de l’environnement du l’animal : est-il en contact avec d’autres chiens ou animaux domestiques ? A-t-il accès à un jardin ? Si vous habitez en ville, le sortez-vous souvent dans des espaces verts publics ? – ces derniers sont fortement contaminés malheureusement. Lui arrive-t-il de creuser ou de chasser, de manger des excréments d’animaux ou à peu près tout ce qu’il trouve par terre en promenade etc.

Si la réponse à ces questions est oui, il faudra envisager une fréquence de vermifugation élevée c’est-à-dire quatre fois par an voire plus (à déterminer avec votre vétérinaire). Par contre, si votre chien est peu exposé à la contamination, s’il sort peu de l’appartement et ne vit pas avec d’autres animaux, une fréquence de deux fois sera suffisante.

Pour ce qui est du moment favorable, il est normalement conseillé de vermifuger au moment des saisons intermédiaires (printemps, automne) car c’est à ces périodes que les parasites vont se reproduire le plus et tout particulièrement à la fin de l’été. Attention, notez que certains produits doivent être administrés à jeun pour être efficaces, lisez la notice avant utilisation !

Quel type de vermifuge choisir ?

Encore une fois, le vétérinaire sera le plus à même de déterminer le bon type de vermifuge pour votre chien, en terme de posologie et de mode d’administration. Le dosage sera calculé en fonction du poids, de l’âge et du sexe de l’animal. Le type de vermifuge le plus courant et le plus commode à administrer est le vermifuge en comprimés : à donner directement au chien, à cacher dans la pâtée ou encore à dissoudre dans sa gamelle d’eau. Il existe aussi du vermifuge en poudre, souvent plus rentable car acheté « en gros » puis à mélanger dans la nourriture.

Le vermifuge en pipette (comme les produits anti-puces) est actuellement en fort développement et avantageux pour les animaux qui refusent d’avaler le médicament. Bien sûr, ce sera aussi à vous de choisir quel type d’administration vous convient le mieux, ainsi qu’à votre chien ou chiot, mais quant à la composition du vermifuge attention aux produits vendus sans ordonnance à la pharmacie ou sur Internet.

Leur spectre d’action n’est parfois pas suffisant et ils ne traitent donc pas tous les parasites. De plus, il peut parfois s’agir de produits exclusivement préventifs, qui n’auront aucun impact si votre animal est déjà infesté. Ce type de produit existe aussi en version naturelle (non chimique), ce qui est séduisant, mais encore une fois si leur action se limite à la prévention, mieux vaut alterner avec un vermifuge vétérinaire.

 

A LIRE : – Chien traîné par une voiture : peine exemplaire pour le maître déchu

Source link

Commentaires Facebook