Extrêmement vorace, il est une menace pour la biodiversité 

Le poisson-lion, aussi appelé “rascasse volante” est originaire de l’océan Indien mais depuis les années 1990 sa population est régulièrement aperçue dans les eaux méditerranéennes, spécialement sur les côtes turques, chypriotes et grecques. Extrêmement vorace, ce chasseur redoutable traque ses proies avant de les aspirer. Il menace aujourd’hui la biodiversité comme le confirme Louis Hadjioannou, directeur de recherches dans l’institut chypriote de Enalia, “C’est une espèce très envahissante qui se reproduit très rapidement et se propage très vite et prends le dessus.” Une femelle peut pondre près de 30 000 œufs tous les 4 jours. 

Un nuisible d’envergure internationale 

L’Europe n’est pas la seule zone touchée, il y a une vingtaine d’années, plusieurs spécimens ont été relâchés accidentellement d’un aquarium domestique de Floride. L’espèce s’est ensuite répandue tout au long de la côte atlantique, ainsi que dans la mer des Caraïbes. À terme, elle pourrait menacer 80 % des espèces endémiques de ces régions selon un rapport de l’Université d’État de l’Oregon.

Plusieurs techniques sont testées pour stopper sa propagation

Avec 17 épines empoisonnées, il décourage la plupart des prédateurs et ses piqures provoquent chez l’homme des douleurs pouvant durer jusqu’à 24h ainsi que des malaises pouvant être dangereux dans l’eau. Pour luter contre l’invasion, Chypre encourage la pêche au harpon et invite les restaurants à les mettre au menu. De son côté, le Honduras tente de dresser les requins à dévorer les poissons-lions. 

Source link