La situation n’est pas inédite. Un chat peut décider de changer de
territoire et « d’adopter » une nouvelle maison.

« Les chats sont des animaux avant tout territoriaux, avance le Dr Vincent Coupry, vétérinaire comportementaliste. Même si certains sont également sociaux, et attachés à leur propriétaire, cela reste plus difficile de créer un lien d’attachement avec eux qu’avec un chien. »

Ainsi, si la maison dans laquelle ils vivent devient trop bruyante, s’ils se sentent agressés par des chiens du voisinage ou sont en concurrence avec un autre chat, ou encore s’ils s’ennuient ou ne reçoivent pas assez d’attentions à leur goût, ils peuvent décider d’aller voir ailleurs.

« Certains vont alors se poster devant la porte d’une maison avoisinante et se mettre à miauler jusqu’à ce qu’on leur ouvre ; on m’a raconté cette scène », se remémore le Dr Coupry. D’autres vont commencer par tourner dans le jardin, puis rentrer dans la maison par une porte ou une fenêtre, et s’installer directement sur votre canapé. Enfin… son canapé.

À vous de décider : non mais !

Si vous ne souhaitez pas adopter ce chat et donc en assumer la responsabilité, surtout ne le nourrissez pas. Et chassez-le fermement à chaque apparition. Il finira par comprendre qu’il n’est pas le bienvenu et repartira à la recherche d’un territoire plus accueillant.

Si, au contraire, vous souhaitez l’adopter, commencez par l’attraper pour l’emmener chez le vétérinaire. Si le chat est muni d’une puce électronique, vous pourrez contacter son propriétaire.

« Il est arrivé que l’on découvre ainsi qu’un chat qui vivait depuis plusieurs semaines chez un nouveau propriétaire n’était pas considéré comme fugueur par le précédent… En fait, il passait ses journées chez l’un et rentrait chez l’autre le soir », raconte le Dr Coupry.

Une identification obligatoire

La loi exige que tout chat de plus de 7 mois, né après le 1er janvier 2012, soit identifié. Si votre visiteur ne l’est pas, vous pouvez donc considérer qu’il n’est à personne.

Par acquit de conscience, vous pouvez déposer des annonces chez les commerçants de votre quartier, voire publier gratuitement une annonce sur la page Facebook Pet’Alert de votre département.

À défaut de réponse, vous pourrez considérer que ce chat est à vous… et le faire identifier ! Au cas où ce chat volage finisse par ne plus trouver votre maison à son goût et (re) prenne la poudre d’escampette…

Lucie DERHUYS.

Source link

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire