Le poisson mordeur du désert, ou cyprinodon macularius, vivant dans le sous-sol de la vallée de la Mort, révèle une faculté impressionnante : il peut arrêter de respirer pendant près de 5 heures.

Cette capacité lui permet de s’adapter à son environnement pour le moins hostile.

 

Il y a plus de 10 000 ans, la vallée de la Mort en Californie était recouverte d’un lac de plus de 100 mètres de profondeur et de 70 km de long. Mais quand l’eau s’est progressivement évaporée à cause du réchauffement climatique jusqu’à disparaître complètement, ce petit poisson a dû rapidement s’habituer à vivre dans l’aquifère du sous-sol de la vallée. Pour s’adapter aux sources d’eau chaude, pauvres en oxygène et atteignant les 35 °C, il a trouvé le moyen d’économiser son oxygène… en arrêtant de respirer.

Lorsque ce poisson se retrouve dans une eau à la température particulièrement élevée, ses mitochondries, qui transforment la nourriture et l’oxygène en énergie, produisent trop de radicaux libres qui peuvent endommager les structures cellulaires. Pour empêcher cela, le cyprinodon macularius met sur « pause » ses mitochondries en cessant de respirer, grâce à la production d’éthanol qui favorise leur fermeture et réduit le besoin d’oxygène pour les cellules.

Un exploit pour ce petit poisson de seulement 5 centimètres dont le métabolisme a su s’ajuster en peu de temps. C. macularius alterne de façon aléatoire des périodes de respiration avec oxygène (aérobie) et sans oxygène (anaérobie).Mais cette espèce reste considérée comme « vulnérable » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN ).

Commentaires Facebook

1 COMMENTAIRE