Après le “diesel gate”, Volkswagen fait face au “monkey gate”. Le New York Times vient de révéler une expérience polémique qui remonte à 2014. L’entreprise allemande a enfermé une dizaine de macaques dans des chambres hermétiques et les ont exposés pendant des heures à des gaz d’échappement afin de démontrer la propreté des modèles diesel. À l’origine de l’expérience, l’EUGT (European Research Association for the Environment and Health in the Transport Sector), un groupe de recherche européen financé par des constructeurs allemands.

Volkswagen a présenté ses excuses et déclaré qu’ils ignoraient la nature des expériences : “Nous sommes convaincus que les méthodes scientifiques employées étaient mauvaises. Il aurait été préférable de se passer d’une telle étude dès le départ.”

En 2015, il avait été révélé que Volkswagen avait mis en circulation onze millions de voitures diesel modifiées pour masquer leurs émissions réelles. C’est une de ces voitures qui a été utilisée sur les singes.

Source link