Les tigres de Sibérie (Panthera tigris altaica) sont des animaux rares : dans la nature, il n’en reste que 450. D’où la surprise d’un habitant d’un petit village russe situé dans le kraï (région en Russie) de Khabarovsk lorsque celui-ci à découvert un matin de janvier 2018 qu’un animal de cette sous-espèce bloquait sa porte d’entrée !

L’animal souffre de graves problèmes dentaires et linguaux

Selon le Siberian Times, Alexey Khaideyev s’apprêtait à sortir de sa maison lorsqu’il sentit que quelque chose bloquait l’ouverture de sa porte d’entrée. Après avoir entendu un râle provenant de la masse allongée, l’homme a décidé d’appeler les secours. Quelques heures après, des spécialistes sont arrivés pour récupérer le tigre mal en point venu s’écrouler devant l’habitation située à la périphérie du village de Solontsovy, proche de la forêt. Le félin a été endormi puis transporté dans un centre de soins pour animaux dans le kraï du Primorié. Après examen, il est apparu qu’il s’agissait en réalité d’une tigresse d’une dizaine d’année souffrant de graves problèmes dentaires et linguaux et qui était sûrement épuisée de ne pas pouvoir se nourrir correctement et de devoir survivre dans un environnement aux conditions extrêmes. Selon Yury Kolpak du ministère russe de l’environnement, la tigresse “n’a plus de dents sur la mâchoire supérieure“.

Sergey Aramilev, le directeur du Centre du tigre de l’Amour, une OGN russe, reste encore réservé quant aux chances de survie de l’animal : “Nous n’allons pas cacher que la situation de la tigresse est triste“, a-t-il déclaré. “Avec sa condition physique actuelle, lui faire une anesthésie lui serait fatal et même sans cela, il est impossible de lui fournir un traitement ‘actif’“. En effet, désormais l’animal ne se laisse plus approcher par les soigneurs.

Un état encore préoccupant mais stable

Néanmoins, tout n’est pas encore perdu : la tigresse arrive à manger de la viande hachée que ses sauveurs mélangent avec des antibiotiques. “Nous avons fait le maximum“, assure Sergey Aramilev. Le 1er février 2018, le centre a diffusé sur son compte Instagram une vidéo de l’animal indiquant qu'”elle reste dans un état critique mais stable, elle boit et elle mange. Les soigneurs continuent de lui donner ses médicaments“.

Les tigres de Sibérie sont, selon l’Union internationale pour la protection de la nature (UICN), en danger critique d’extinction. En janvier 2018 des trafiquants russes avaient été interceptés par les douanes avec plusieurs morceaux d’animaux dont des restes de tigres.

 

A LIRE: Pourquoi protéger les tigres d’Asie permettrait de protéger l’écosystème

Commentaires Facebook