Pas vraiment besoin d’être accro à la télé-série  “Game of Thrones” pour savoir que de nombreux animaux sont des personnages à part entière de l’histoire.

Il y a bien les dragons domestiqués par une reine, c’est vrai, mais, comme les licornes, ce sont des animaux fantastiques.

Fantastiques, à prendre dans le sens d’irréel.

Mais, le majestueux chien-loup blanc, existe-t-il?

Disons que la race existe bien.

Un chien-loup est un canidé issu de l’accouplement entre un chien – appelé scientifiquement Canis lupus familiaris – et une louve –  Canis lupus lupus – ou l’inverse.

Une fois la descendance stabilisée en matière de reproduction et en évitant évidemment les cas de consanguinité, on arrive à créer une race de chiens-loups domestique.

Comme le chien et le loup sont deux sous-espèces du canis lupus, il n’y a pas vraiment de barrière génétique et l’interfécondité est possible.

Pourquoi?

Parce qu’on veut augmenter la résistance des chiens et ses performances physiques. Il faut savoir que les chiens aujourd’hui, les Canis lupus familiaris, sont tous issus des chiens de village, le chien d’origine, et existent suite à de fortes sélections artificielles – taille, poids, fonction, etc. – pour obtenir de « races pures ».

Ce qui fait que les chiens actuels souffrent de nombreux problèmes – plus de 350 maladies génétiques ont été répertoriées.

Et qu’en est-il du chien-loup et de l’humain?

Disons qu’au départ, tout chiot de chien de grande race est carrément craquant. Cette qualité est souvent son gros problème. On achète un chien sur un coup de tête « papa, il est beau, je vais m’en occuper, promis, promis » et la mignonne petite boule de poil se transforme en chien adolescent complètement débile avant de devenir un adulte majestueux, soit, mais qui a besoin d’attention, d’une raison d’être, d’une fonction qui n’a rien à voir avec être le bibelot de service.

Chiot chien-loup (SPCA Bow Valley)

Et il se retrouve en refuge animalier « on n’a pas le temps de nous en occuper, les enfants en ont assez, il ne nous écoute pas », et la terriblement fausse « il est dominant ».

“Des personnes se lancent dans ces croisements et dans la reproduction, car il y a une demande pour des animaux domestiques exotiques”

Alyx Harris, directrice du sanctuaire Yamnuski pour chiens-loups

Le sanctuaire Yamnuski est situé à quelque 40 kilomètres à l’ouest de Calgary, la métropole du sud de l’Alberta. Il accueille présentement 23 chiens-loups, dont un qui se nomme Nova, un lointain cousin de Ghost (fantôme) de la télésérie.

Nova yamnuskawolfdogsanctuary.com/)

L’abandon d’animaux domestiques, un problème de société au Canada

L’abandon d’animaux domestiques est un sérieux problème au Canada et dépasse de loin le cas des chiens-loups.

Chiens, chats, lapins, rats, souris, cochons d’Inde et autres jolies partenaires de vie se retrouvent trop souvent dans un entre-deux, abandonné par une famille, en attente d’une autre, dans un non-espace que d’autres humains tentent de rendre le plus agréable possible, mais qui n’est pas idéal.

Rien qu’à Montréal, la SPCA locale reçoit 600 animaux tous les mois. Et ce n’est pas tout : avec les lois provinciales sur les logements et les baux de location qui se terminent le 30 juin et qui démarrent le lendemain, c’est la grande période des déménagements.

Et qui sont les victimes de ces transhumances?

Lisez les petite annonces – logement et/ou appartement à louer, on y trouve tellement souvent la mention « pas d’animaux ».

En juillet, à la SPCA Montréal, ce ne sont pas 600 animaux qui sont abandonnés, ce sont plus de 1 600!

Comme le dit si bien le slogan d’un service animalier du Québec, le Service animalier de la Rive-Sud : « Adopter, c’est pour la vie » et « adopter, c’est pas bête ».

 

Source link