Le loup à crinière, un canidé méconnu

23

en Amérique du Sud vit un canidé comme on a rarement l’habitude d’en voir. Avec sa crinière et ses longues pattes, le loup à crinière ne passe pas inaperçu.

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser entendre, le loup à crinière n’est pas un loup. Pas plus qu’il n’est un chien ou un renard. Biologiquement, il forme sa propre espèce, dont le plus proche parent est le chien des buissons, un autre canidé méconnu d’Amérique du sud.

Le loup à crinière est la plus grande espèce parmi tous les canidés. C’est aussi une espèce en déclin, avec seulement 17 000 adultes peuplant toute l’Amérique du Sud. 90% de son territoire se trouve au Brésil, où la déforestation a eut un grand impact sur sa population.

 

Un rôle essentiel dans les écosystèmes

Le loup à crinière a pourtant un rôle essentiel dans l’écosystème. Son plat préféré est la “pomme du loup” à qui il a donné son nom, et qui constitue 50% de son alimentation. Ses déjections servent à en semer les graines et à nourrir les insectes.

Son urine, elle, a une forte odeur de marijuana. Il s’en sert pour marquer son territoire, car il aime vivre seul, ne fréquentant d’autres individus que pour se reproduire.

Petit, il a une fourrure noire, qui deviendra rousse une fois adulte, sauf sur ses pattes et sa crinière, qu’il hérisse  quand il se sent menacé.

Source link