Chez les lézards, l’amputation de la queue est avant tout un mode de défense contre les prédateurs. Sous la pression d’une force extérieure, ou même parfois sous simple commande du cerveau, la queue se détache de façon nette du reste du corps. Non seulement ceci permet au reptile de s’enfuir plus facilement, mais elle constitue aussi une excellente distraction puisqu’elle continue de bouger même après s’être détachée.

En l’espace d’un ou deux mois seulement, la queue aura entièrement repoussée. Les seules séquelles seront une simple décoloration et du cartilage à la place des os. La raison : 326 gènes présents tout au long de la queue, qui permettent une régénération cellulaire exceptionnelle en cas de rupture. C’est-à-dire qu’ils peuvent faire repousser les muscles, la peau et même la colonne vertébrale.

[amazon_link asins=’B010N6LEPK,B00TL8XRMU,2011175399′ template=’ProductCarousel’ store=’businesscon09-21′ marketplace=’FR’ link_id=’715bd596-1416-11e8-bd62-bdeccf774dde’]

Source link