Comment savoir si votre chien souffre d’intolérance alimentaire?

111

Les chiens sont victimes d’allergies alimentaires au même titre que les humains, à n’importe quel âge et quelle que soit leur race. Les symptômes se manifestent par des démangeaisons, la perte de poils, mais plus le souvent par des problèmes gastriques. Néanmoins, l’allergie alimentaire n’a rien à voir avec l’intolérance alimentaire. Comment dès lors l’identifier ?

Allergie ou intolérance alimentaire ?

L’allergie est une réaction exacerbée du système immunitaire qui se défend contre un allergène. Les plus fréquents sont les protéines (le bœuf, le poulet, les œufs), les produits laitiers (en particulier les croûtes de fromage), le maïs et le soja. Ceci dit, plusieurs aliments à la fois peuvent être responsables d’une allergie.

L’intolérance alimentaire est au contraire une réaction à une trop grande quantité d’aliments ingurgités, une nourriture de mauvaise qualité ou une transition alimentaire trop brutale (un changement de croquettes radical par exemple). Les symptômes se manifestent par des troubles digestifs (diarrhées, vomissements).

Les symptômes de l’allergie alimentaire

Le chien souffre de gonflement, de plaques rouges ou de boutons qui démangent. Mais ces symptômes cutanés touchent seulement 1% des chiens.

Plus généralement, il aura des diarrhées, des flatulences ou le nombre de ses selles sera beaucoup plus élevé que d’habitude. Ces symptômes sont communs à l’intolérance alimentaire d’où la difficulté à poser un diagnostic précis. Par ailleurs, trouver l’allergène responsable est beaucoup moins aisé que chez l’humain. Enfin, d’autres troubles, neurologiques ou comportementaux, peuvent éloigner de la piste alimentaire et retarder la prise en charge du chien.

Les premières mesures à prendre

L’alimentation industrielle n’est pas toujours fiable, loin s’en faut. C’est un véritable marché où la déontologie n’a pas vraiment de place. Mieux vaut donc acheter la nourriture des animaux chez un professionnel et suivre les conseils avisés de son vétérinaire.

Le premier geste sera donc de changer l’alimentation habituelle du chien par une alimentation hypoallergénique. Elle est en effet composée d’ingrédients que le chien n’a pas l’habitude de consommer. Les sources de protéines et de glucides ont été purifiées ou introduites en plus petites quantités. Les risques d’allergies sont donc minimisés. En cas de succès par cette simple mesure, il ne faudra plus revenir à l’ancienne alimentation.

Un traitement antihistaminique pourra également être administré en complément d’anti-inflammatoires ou de corticoïdes locaux pour réduire les démangeaisons de la peau. Des pansements gastriques soulageront le chien également en cas de besoin.

Source link