A la suite d’une mesure prise par les trois Régions du pays, l’identification et l’enregistrement des chats deviennent obligatoires pour tous les chats. 

Concrètement, à partir de ce 1er novembre 2017, la personne responsable d’un chat va devoir l’identifier et l’enregistrer. Pour les nouveaux nés, cette opération devra être effectuée avant l’âge de 12 semaines et en tout cas avant que le chat ne soit donné ou vendu.

Une base de données commune aux 3 Régions du pays (Cat ID) a été mise en place pour recueillir les données des chats identifiés et les données de leur responsable. L’identification et l’enregistrement des chats permettront notamment de retrouver plus facilement les propriétaires en cas de perte de l’animal ou de lutter contre les abandons sauvages de chats, qui, bien souvent, doivent ensuite être euthanasiés.

Depuis 1998, l’identification des chiens à l’aide d’une puce et l’enregistrement dans une base de données centrales (Dog ID) étaient obligatoires. Dès à présent, cette obligation existe pour les responsables de chats, dans un délai de douze semaines suivant la naissance ou en cas de changement de propriétaire. Les trois Régions ont décidé de s’associer pour créer ensemble une base de données qui est consultable sur  le site internet suivant: https://online.catid.be/

Les trois Ministres régionaux en charge du Bien-être animal se réjouissent de l’entrée en vigueur de cette mesure.

Bianca DEBAETS, Secrétaire d’État bruxelloise au Bien-être animal : « Quand ils s’évadent dans la nature, les chats ne connaissent pas de frontière. Il est donc logique d’avoir une base de données communes aux trois Régions du pays. L’identification et l’enregistrement obligatoires vont permettre de responsabiliser davantage les propriétaires, notamment par rapport aux abandons, tout en leur offrant la chance de retrouver plus facilement leur chat. Au même titre que les autres mesures, comme la stérilisation par exemple, cela va faire diminuer drastiquement le nombre d’euthanasies dans les asiles, ce qui est très positif pour le bien-être animal. »

Carlo DI ANTONIO, Ministre wallon du Bien-être animal rappelle que « cette nouvelle mesure est intimement liée à la législation relative à la stérilisation obligatoire des chats, en permettant son contrôle. La nécessité de s’orienter vers une stérilisation obligatoire des chats domestiques avait déjà été souligné en 2009 par le Conseil wallon du Bien-être des animaux, afin de constater une réelle baisse des statistiques d’abandon et de surpopulation des chats errants ».

Ben WEYTS, Ministre flamand du Bien-être animal : « Avec la base de données commune, nous pouvons vraiment nous attaquer à la problématique des chats errants et nous pouvons plus facilement faire en sorte que des chats perdus soient ramenés à la maison. Le prix de la puce et de l’enregistrement dans la base de données ne s’élève qu’à 3 euros. Quand on sait que le coût mensuel moyen d’un chat se chiffre à 45 euros en moyenne, alors ces 3 euros représentent vraiment une somme modique. Ceux qui aiment bien leur chat n’hésiteront d’ailleurs pas une seule seconde avant d’aller le faire enregistrer »

Désormais, il n’est plus permis d’acquérir un chat, à titre gratuit ou onéreux, que s’il est identifié et enregistré.

Les refuges agréés peuvent toujours accueillir des chats non identifiés. Il incombe alors au responsable du refuge de faire identifier et enregistrer l’animal à son nom.

Pour les chats provenant de l’étranger, et déjà identifiés, ils devront être enregistrés dans les 8 jours de leur arrivée sauf pour les chats accompagnant leur maître lors d’un séjour de moins de 6 mois.

Le coût de l’identification et de l’enregistrement s’élève environ à 50 euros (2,9 EUR pour la base de donnée + prix de la visite chez le vétérinaire).

A lire: PETA dénonce la maltraitance des félins dans les cirques

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire