animaleries-californie

 

Voila une décision historique , lisez plutôt ; en Californie, les animaleries ont désormais pour ordre de ne plus vendre d’animaux d’élevage mais uniquement des animaux abandonnés!

C’est à la ville de San Francisco que l’on doit cette incroyable avancée pour la cause animale. Le vendredi 13 octobre 2017, une nouvelle loi a été signée qui  interdit la vente d’animaux qui ne sont pas issus de chenils, de refuges, de centres d’adoption ou d’associations de sauvetage.

La loi AB-485 entrera en vigueur à partir de janvier 2019. À cette date, toutes les animaleries de Californie devront se plier à la nouvelle réglementation pour continuer à vendre des animaux.Les animaleries devront préciser de manière totalement transparente la provenance des animaux qu’ils vendront.Toute animalerie ne respectant pas cette nouvelle loi encourra une amende de 500 dollars.

 Cette loi a comme objectif de faire évoluer les mentalités sur l’animal. En interdisant la “vente” d’un animal en magasin, le gouvernement souhaite promouvoir l’adoption en refuges.Elle devrait  permettre de donner plus de chance à ces animaux de trouver un nouveau foyer. Mais elle permet également de limiter l’élevage intensif qui était alors la règle. L’ASPCA estime en effet à plus de 10 000 le nombre d’usines à chiots sur le territoire américain. 

L’abandon des animaux de compagnie, représente un fléau aux Etats-Unis. L’an dernier, plus de 1,5 millions d’animaux ont du être euthanasié !

Patrick O’Donner, un membre de l’assemblée de Californie a félicité cette loi : « C’est une grande victoire pour nos amis à quatre pattes, bien entendu, mais aussi pour les contribuables californiens qui dépensent plus de 250 millions de dollars par an pour accueillir et parfois euthanasier des animaux dans nos refuges ».

Toutefois, les opposants se sont également manifestés à l’annonce de cette loi. Ils pensent que le choix d’animaux de race va être davantage limité et que les animaux achetés en animalerie n’auront désormais plus d’origine connue, ce qui peut être problématique pour les amateurs de concours. Mais rien n’empêche un particulier d’acheter son chien,son chat ou son lapin chez un particulier ou éleveur !

En France la situation est identique et de nombreuses  pétitions rassemblant des milliers de personnes demandent l’arrêt de vente d’animaux dans les magasins tel que Jardiland. Les associations françaises pour la protection animale espèrent que cette  loi californienne  influencera d’autres villes et pays à suivre le pas.

Et vous que pensez vous de cette loi ? 

Commentaires Facebook

25 Commentaires

  1. c’est quand même incroyable : ce sont TOUJOURS les autres pays qui innovent !!! que fait la France??????? N’oublions pas la parole de GANDHI concernant la grandeur d’un pays pour ce qu’il fait pour les animaux…… eh bien nous sommes en dessous de tout ! à qui la faute…. cherchez et vous trouverez !!!

  2. L’argument contre n’a pas de fondement, les animaux d’animalerie ne sont pas forcément des animaux de race mais plutôt d’apparence. C’est une excellente idée, beaucoup de personnes ne pensent pas à aller adopter dans des refuges.

  3. La France toujours à la traîne, quand allons-nous prendre conscience de la souffrance animale ? Les refuges sont pleins. Il est temps de faire des lois qui protègent les animaux. Arrêtez l’importation et la reproduction ainsi que la vente de ceux-ci.

  4. Mais quelle bonne idée….bravo comme toujours cela vient de Californie…et de sa grandeur par apport à la souffrance animale…si nous pouvions leur arriver rien à qu à la cheville ce serait bien….mais voilà il y a le commerce le fric et tous ces “jematuvu’ qui veulent une race..faire des concours…et que sais je encore…

  5. Bravo la Californie et San Francisco, vous êtes formidables. Je suis du Hauts de France, recevez mes félicitations, pour vos nouvelles lois, pour le bien être de l’animal. J’espère que la France va suivre le bon exemple, il serait grand temps d’évoluer Mr Macron notre président de la République, il faut que ça bouge du côté des animaux

  6. Mais enfin ! On ne vend pas des êtres vivants.cela s appelle commerce d animaux .on les adopte . C la porte ouverte à tous les trafic et encore plus d exploitation animale .pensez y .interdiction de commerce d animaux .moi et l assos la chatriere protection animale

  7. Marie Claire Mouriaux, à qui la faute ? 30 000 amis, ils bougent beaucoup. Mais ne peuvent pas décider des lois. Alors c’est qui la faute ? À monsieur le Père Noël, qui n’est pas le père Noël ?

  8. Ah oui bonne idée pour faire du profit : vendre ce qui ne t’as rien coûté. C’est sûr ça fait du pognon au final. Bon tout dépend combien ils vont les vendre. Si c’est le prix d’une vaccination/identification/visite de contrôle ou si c’est 1000€ …

  9. Dans l’concept c’est bien… mais c’est aussi se faire des thunes sur les animaux abandonnés. Qui dit thune dit commerce, et donc dans un tel business, certains n’hésiteront pas a abandonner volontairement pour qu’ensuite les animaux finissent dans les dérives de ce commerce et ainsi créer une nouvelle filière de trafic d’êtres vivants.

  10. C’est bien connu, la France est toujours en retard. Et l’on se dit civilisé. Cherchez d’où vient l’erreur en France. Il n’y a que le fric. C’est bien triste.

  11. Bonne idée à condition de ne pas en faire un commerce lucratif à l’occasion de l’adoption. Juste une participation à l’entretien dudit animal ce serait bien.
    Et surtout si on interdit les élevages de chien de race ! Car le prix payé ne dissuade pas l’humain de pratiquer l’abandon ou les mauvais traitements contrairement à une idée reçue !