Vétérinaire depuis 2001, Jean-Charles Duquesne s’est spécialisé dans la diététique animale en 2004. Et il l’assure : les animaux aussi ont droit à des régimes sur mesure.

Qui a dit que les chats ou les chiens n’avaient pas le droit à un menu, un régime sur mesure? De plus en plus, les maîtres sont attentifs à ce que mangent leurs animaux de compagnie. Que ce soit pour éviter leur surpoids ou pour les soigner car « la nourriture est le premier médicament« , selon Jean-Charles Duquesne, vétérinaire spécialisé en diététique animale. A l’image des diététiciens ou nutritionnistes pour les hommes et les femmes, ils existent des diététiciens spécialisés dans la nutrition des animaux.

Une spécialisation plus simple

Jean-Charles Duquesne, aujourd’hui responsable marketing et communication à la Normandise à Vire, a décroché son diplôme de vétérinaire en 2001 avant de se spécialiser. Mais entre les deux formations, il n’y a pas photo, le premier est plus compliqué. « En 2004, j’ai obtenu mon certificat d’études spécialisées en diététique animale. C’est un an de formation après avoir obtenu le diplôme de vétérinaire. Chaque année, 2 000 personnes obtiennent le concours de vétérinaire. Il est très dur je trouve. Par rapport à la somme de connaissances à avoir, c’est conséquent. Le CES (certificat d’études spécialisées) est assez simple à côté du concours. On travaille en petits groupes, tout le monde est motivé, c’est assez agréable. C’est autre chose, on se retrouve entre professionnels et on ne suit pas de matières obligatoires qui ne nous plaisent pas« , détaille Jean-Charles Duquesne. Au quotidien, ce nutritionniste pour animaux réfléchit pour élaborer de nouvelles recettes, toujours plus innovantes et savoureuses pour nos petites bêtes, tout en respectant et équilibrant les apports énergétiques.

« Cela ressemble un peu à des mathématiques »

« Quand il faut élaborer une recette pour un chat, par exemple, qui a un calcul urinaire et qui doit faire un régime, il y a une forme de challenge. Quand un chien ou un chat est malade, on étudie son cas pour savoir quelle maladie il a, quels sont ses symptômes et donc ses besoins. Ensuite, on va lister les ingrédients que les maîtres peuvent avoir facilement. On fait également en fonction des goûts de l’animal et de ses besoins. On applique des équations et on établit le menu. Cela ressemble un peu à des mathématiques. Par rapport à l’homme qui est omnivore, les chats et les chiens sont plutôt carnivores et leur énergie passe plutôt par les protéines. Il faut s’adapter et ne pas oublier de bien équilibrer les repas en ne donnant pas trop de lipides ou de phosphores. »

Hormis dans l’élaboration des menus, existe-t-il des différences entre un diététicien pour animaux et un diététicien pour humains? « Pas vraiment, comme n’importe quel nutritionniste, on regarde si l’animal supporte bien le régime, si cela lui plaît. Si c’est trop pénible et qu’il réclame à manger, il faut ralentir le régime« , explique Jean-Charles Duquesne. Mais diététicien pour animaux n’est qu’un plus, car Jean-Charles Duquesne est avant tout un vétérinaire.

Source link

Laisser un commentaire